La Montagne de Crussol : une histoire de 60 MA

                                       Du Trias au Tithonien

  1. Contexte géologique :

                        Dernières reliques septentrionales d’une sédimentation marno-calcaire mésozoïque de la bordure ardéchoise du Massif Central, Crussol et Chateaubourg  sont en contacts tectoniques à l’ouest avec le granite de Tournon et à l’est avec la fosse oligocène de Valence.

                        La montagne de Crussol constitue le flanc nord d’une structure anticlinale dont le cœur érodé permet d’observer la base triasique et toute la gradation du Jurassique.

D.Cailhol

Cette structure s’est mise en place au début de l’orogénèse alpine (Eocène inf. vers 60 MA)  lors des mouvements ayant affectés la Provence et les Pyrénées

D.Cailhol

A la fin de l’Eocène ( vers 35 MA),  une phase de distension liée à la subduction de la plaque européenne sous la plaque africaine avec son appendice apulien,  entraine la formation de fossés d’effondrement de la Mer du Nord à la Méditerrannée: c’est le grand Rift Ouest-européen. Il est à l’origine de la fosse de Valence où plusieurs millers d’épaisseur de sediments vont se mettre en place avec les transgressions marines et continentales de l’Oligocène et du Miocène.

                        Cette tectonique est bien visible dans la partie SE de la Montagne de Crussol avec un réseau de failles  NNE-SSO (fossé d’effondrement) et NE-SO ( partie septentrionale des failles sud-cévenoles)

   Carte géologique  Montagne de Crussol 1/50 000° BRGM

                                                                                                          In D.Cailhol 2016

  1. Stratigraphie (cf log):
  •  Trias : représenté essentiellement par sa partie terminale , il est constitué de grès en banc épais  surmontés de niveaux calcaire et dolomitique alternant avec des couches argileuses bleues grises .
  • Jurassique inf. : seul le toarcien est présent avec de nombreuses lacunes car toutes les zones ne sont pas représentées ; de ce fait son épaisseur est réduite (qq m) ; il est constitué de bas en haut de calcaires francs gris puis de calcaires gréseux plus ou moins phosphatés surmontés d’un niveau oolithique ; présence d’ammonites type Harpoceras et plus haut Grammoceras. Ces niveaux surmontent en discordance le Trias ou le côtoie par contact faillé.
  • Jurassique moyen :     Aalénien et Bajocien sont représentés mais avec des variations latérales de faciès voire des lacunes ;   l’aalénien est souvent très ferrugineux et montrent un calcaire rouge à ovoïdes (5à 15 cm) et grains de quartz                              

                                   Le bajocien est constitué de calcaires à entroques plus ou               moins glauconieux avec brachiopodes.

                                   Le bathonien avec des calcaires à cancellophycus                              et se poursuit par un niveau ocreux à rognons calcaires. Et se          termine par une alternance de petits bancs calcaires et de marnes        argileuses.

                                   Le callovien montre une alternance de marnes grises-               noires et de petits de calcaire gréseux et micacés.

  • Jurassique sup 

                        Essentiellement    argileux et marneux , il constitue une         grande partie du flanc méridional de la Montagne de Crussol ; il se termine par des niveau x de calcaires marneux à Sowerbyceras et il est recouvert par les colluvions et éboulis des falaises du Tithonique .

                        Le kimméridjien qui constitue la majeure partie de la montagne est constitué de calcaire massif à pâte fine gris avec à sa base un niveau repaire marno-ferrugineux et à tendance beige dans sa partie terminale où il devient bréchique. Son épaisseur est de l’ordre de 40m.

                        Le portlandien ( ou Tithonien) le surmonte avec des calcaires plus clairs à tendance rosé,  épais d’une trentaine de m ; ceux-ci plongent vers le nord et forme le flanc septentrional de l’anticlinal.

A noter des placages de loess sur les replats en contrebas de falaise.

 Log stratigraphique de la Montagne de Crussol

3 ) Itinéraire et points d’observations :   

4) Lecture des paysages

  • Apercu sur la Drôme des Collines et la fosse de Valence
  • Les affleurements de granite de la rive gauche du Rhône
  • Les collines cristallophylliennes rive droite du Rhône
  • Le Vercors et le sillon de l’Isère

5 ) les terroirs viti-vinicoles

  • Saint-Joseph « historique »
  • Cornas
  • Saint-Péray calcaire et Saint-Péray arêne granitique
  • Hermitage
  • Crozes-Hermitage  
journée de la géologie : dimanche 4 octobre ..Sortie à Crussol